Au fil des registres paroissiaux, il n’est pas rare de rencontrer des omissions dans les actes, nous avons tous rencontré des centaines de cas.

Mais il faut quand même être sacrément distrait pour omettre… le nom des mariés !

C’est pourtant ce qui arriva le 1er juillet 1680 à Parnac (actuel département du Lot) où le prêtre réussit le tour de force de rédiger un acte de 18 lignes, avec force détails sur les bans et les attestations du curé de la paroisse d’où vient l’un des époux… mais oublie purement et simplement de dire qui il a marié !

C’est dans les yeux que tout se passe…

J’aime particulièrement cette photo de Nicolas II, tsar de toutes les Russies (1868-1918), et George V, roi d’Angleterre (1865-1936).

Ils étaient cousins germains, petits-fils de la reine Victoria et régnaient à eux deux sur un territoire immense.

Chaque photo qui montre Nicolas et George prouve cette troublante ressemblance qui passe par leurs yeux.

Oublions l’uniforme et la barbe, concentrons-nous sur leur regard, bleu, clair, profond et lointain.

Et, à l’instant immortalisé du cliché, dans les yeux de George et Nicolas nous pouvons tout lire, y compris cet indéfectible lien de la parenté…

Zorobabel est une des figures de l'Ancien Testament.

Petit-fils du roi Joachin, il devint au VIe siècle av. J.-C. le gouverneur de la province perse de Judée, c'est-à-dire le chef du peuple juif et engagea la construction du Second Temple de Jérusalem.

Comment ce prénom peut-il se retrouver donné au baptême d’un nouveau-né de Montoillot, dans l’actuelle Côte-d’Or, en 1624 ?

Tout ce que l’acte nous apprend, c’est que son parrain porte le même prénom, ce qui reporte la question juste une génération plus loin…

Quel poids l’Ancien Testament avait-il dans la liturgie de l’époque ?

La question reste entière.

Free Joomla! templates by Engine Templates